Moins de dépenses mais pas de low-cost ! Marisol Touraine a dévoilé les grands axes du Plan d’économies pour l’Assurance Maladie. Ou comment économiser 10 milliards d’euros en 3 ans.

 

Le Gouvernement veut économiser 10 milliards d'euros sur l'Assurance Maladie.
Le Gouvernement veut économiser 10 milliards d’euros sur l’Assurance Maladie.

 

« Les réformes que j’engage n’aboutiront pas à un système de santé « low cost » mais, au contraire,à préserver l’excellence de notre modèle, son excellence médicale mais aussi son excellence sociale », a assuré Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, au journal Les Echos, vendredi dernier. Le plan de 10 milliards d’euros d’économie sur 3 ans entend conserver le niveau des soins et des remboursements. Parce que ce que l’on vous a dit pour la mutuelle low cost peut s’appliquer au système de santé en général : baisse des prix n’est pas synonyme de baisse de qualité !

 

Ce plan se base sur des réformes structurelles qui s’intensifieront au fil du temps. L’augmentation des dépenses passera d’une limitation de 2,1 % en 2015, à 2 % en 2016 puis 1,9 % en 2017. Un « effort sans précédent », souligne la Ministre des Affaires sociales et de la Santé. Mais comment réaliser de telles économies ?

Réponses de Madame la ministre en quatre grands axes :

Encourager les soins de proximité :

Le gouvernement entend faciliter la collaboration entre ville, hôpital et maison de retraite. Un de ces objectifs est de réduire le nombre et la durée des hospitalisations. Pour cela, la chirurgie ambulatoire va être plus intensivement développée. Grâce aux avancées médicales, bon nombre d’opérations ne nécessitent plus, en effet, un séjour nocturne à l’hôpital. Une sur deux pourra être effectuée en ambulatoire d’ici 2016.

  • Économie envisagée : 1,5 milliard dont près de 1 milliard pour la chirurgie ambulatoire.

Éliminer les actes inutiles :

Fini les interventions médicales inutiles et redondantes ! De même pour la prise de médicament inadéquate. C’est ce qu’espère pourvoir dire le gouvernement en 2017, garantissant ainsi une meilleur gestion des soins. Marisol Tourainedonne l’exemple des diabétiques qui, dans certains régions, sont près de 90 % à se faire eux même leur injection d’insuline, tandis qu’ils ne sont que 50 % dans d’autres.

  • Économie envisagée : 2,5 milliards d’euros.

Baisser le prix des médicaments :

Mesure importante et controversée : la réduction du prix des médicaments. « Nous consommons trop de médicaments, trop de médicaments de marque et trop de médicaments chers ». Les marques et les génériques devraient voir leur prix baisser d’ici 2017. Et sur la lancée actuelle, la vente de génériques continuera à être encouragée.

La pilule a du mal à passer pour les laboratoires.  Cette mesure représentant plus du tiers des 10 milliards, alors que, selon eux, seules 15 % des dépenses de santé proviennent des médicaments.

  • Économie envisagée : 3,5 milliards d’euros.

Améliorer la gestion des hôpitaux :

Afin d’éviter les dépenses inutiles, les hôpitaux devront adopter une meilleure gestion. Les établissements proches devront notamment renforcer la mutualisation de leurs achats et de leurs services (blanchisserie, informatique…).Un autre poste couteux sera limité : l’utilisation excessive de médecins intérimaires.

  • Économie envisagée : 2 milliards d’euros.

1,5 + 2,5 + 3,5 + 2 = 9,5.  Pour arriver à 10 milliards, le gouvernement va également mettre en place des mesures de lutte contre la fraude.

Outre les économies, l’objectif global de la Ministre est « que notre système soit plus simple, plus proche et mieux organisé. »

Priorité aux Génériques

 Depuis, plusieurs années, la vente des médicaments génériques est vivement encouragée par le gouvernement. Vendus environ 30 % moins chers, ils permettent  à la Sécurité sociale et aux particuliers de faire des économies.

Pour favoriser leur consommation plusieurs actions ont été mises en place :

  • les pharmaciens sont incités par des primes à les délivrer lorsque c’est possible ;
  • les patients qui ne les acceptent pas doivent avancer les frais (pas de « Tiers payant ») ;
  • à venir, une campagne d’information pour rassurer les Français encore méfiants.

 


 

Votre prochaine assurance

Choisissez
Mutuelle Santé Mutuelle Frontalier Mutuelle Entreprise Assurance de Prêt Prévoyance des TNS Assurance Obsèques Assurance Capital Décès Assurance Dépendance

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×