Selon une récente étude, les personnes âgées de plus de 65 ans seraient majoritairement favorables à l’utilisation des nouvelles technologies pour gérer leur santé. Il s’agit d’une réelle évolution puisqu’elles étaient encore peu nombreuses il y a 5 ans.

les seniors et la e-santé

Les clients demandent davantage d’interactions avec leur médecin

Cette étude, réalisée par le cabinet de conseil Accenture, révèle ainsi que 86% des personnes interrogées estiment important un accès en ligne à leur dossier médical. Les séniors souhaitent également pouvoir bénéficier d’un contact facilité avec les professionnels de santé, grâce au système de rappel électronique (67%), à la possibilité de prendre ses rendez-vous en ligne (73%), ou le fait de pouvoir communiquer par mail avec son médecin (61%). Malheureusement, moins de 1 médecin sur 10 propose actuellement ce type de services.

Le Dossier Médical Personnalisé, un résultat en demi-teinte

Le Dossier Médical Personnalisé (DMP), créé en 2004 par l’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, n’a pas eu les résultats escomptés. Son objectif, plutôt louable, visait à regrouper toutes les données médicales du patient (synthèse du médecin traitant, résultats d’analyses, comptes-rendus des soins hospitaliers) dans un dossier électronique. L’idée étant d’améliorer la communication entre les différents professionnels de santé, éviter les examens redondants ou inutiles et donc faire faire des économies à l’assurance maladie.
Mais 10 ans plus tard et avec moins de 500 000 DMP ouverts, il est très en-dessous des 5 millions espérés, d’autant que la plupart des dossiers sont quasiment vides. Au lieu de permettre à l’assurance maladie de faire des économies, il lui a coûté très cher puisque 500 millions d’euros ont déjà été alloués à ce projet.
Deux principales raisons expliquent cet échec, chez les patients comme chez les praticiens :

  • la peur des patients de voir n’importe qui accéder à leurs données personnelles,
  • le manque d’utilisation des professionnels de la santé, chacun ayant ses propres archives médicales.

Ainsi, seulement 21% des médecins interrogés sont favorables à un accès total du patient au dossier médical partagé.

La ministre de la santé, Marisol Touraine, s’est récemment engagée à relancer le DMP dans le cadre d’une nouvelle stratégie sur la santé.

 

 

Le patient 2.0 devient acteur de sa santé

Face à ces changements, les systèmes de santé doivent évoluer pour proposer davantage de services de santé numérique aux séniors, qui gèrent de plus en plus leur parcours de soins sur internet. Ainsi, déjà 27% des séniors effectuent personnellement le suivi de leurs indicateurs de santé, et 20% assurent le suivi de leurs antécédents médicaux.

Sur certains sites, on peut désormais joindre un médecin à la demande.
Parce-que les médecins ne sont pas toujours disponibles et les informations trouvées sur internet pas toujours très fiables, Wengo met l’internaute en relation téléphonique avec un généraliste ou un spécialiste. La conversation coûte deux euros la minute et n’est pas remboursée par la sécurité sociale. De son côté, le site Médecin Direct ne facture pas les appels. Créé en 2010, il fonctionne avec des médecins libéraux auxquels il « achète » du temps et se finance par des abonnements de complémentaires santé et de maisons de retraites.

Votre prochaine assurance

Choisissez
Mutuelle Santé Mutuelle Frontalier Mutuelle Entreprise Assurance de Prêt Prévoyance des TNS Assurance Obsèques Assurance Capital Décès Assurance Dépendance

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×