Vous cherchez

Une Mutuelle Santé ?

Nos 5 conseils pour bien choisir

Penser à la presbytie

43 ans, c’est l’âge couperet pour la presbytie. Avant, pour ceux qui n’ont pas besoin de lunettes pour d’autres besoins, on sait à peine que les ophtalmos et les opticiens existent. Après, on prend du temps pour dénicher la paire de monture la plus harmonieuse. Ce critère est à prendre en compte dans votre budget santé et dans le choix de la mutuelle de votre foyer car les montants remboursés par la Sécurité sociale sont loin des réalités tarifaires appliquées par les distributeurs.

 

Hospitalisation

Là encore, on ne pense pas aux séjours à l’hôpital tant qu’on peut y échapper… Mais, passé le cap des 40 ans, le risque de survenance d’examens, d’hospitalisation de courte durée ou de pépins de santé plus importants augmente. Là encore, mieux vaut être attentif au niveau de couverture de sa complémentaire santé si l’on se fait hospitaliser en établissement privé, si les praticiens appliquent des dépassements d’honoraires ou si l’on souhaite davantage de confort (chambre particulière, télévision…).

 

Cures thermales

En lien ou non avec le point n°2, c’est souvent à partir de 50 ans que l’on  est incité à fréquenter les stations thermales plus en tant que curiste que joueur de casino… Là encore, et considérant que la nomenclature des soins prodigués dans les établissements thermaux est complexe, veillez à ce que votre contrat limite les montants restant à votre charge. Sinon, il ne vous restera plus qu’à jouer pour vous « refaire »… En savoir plus sur le remboursement des cures thermales.

 

Frais dentaires

Si vous avez des enfants et des ados encore à la maison, il vous faudra surveiller le poste dentaire et notamment les coûts lié à un traitement d’orthodontie. Phénomène qui tend à s’amplifier, les parents également peuvent suivre une prescription en orthodontie. Et, pour les plus de 16 ans, la Sécu ne rembourse pas un centime. Vérifiez que votre assurance santé rembourse ce type de prestations, ce qui est rare.

 

Médecines douces

C’est à l’âge de raison que l’on commence sérieusement à s’intéresser aux médecines alternatives ou, tout du moins, aux disciplines moins conventionnelles encore ignorées par la Sécurité sociale. De plus en plus de mutuelles intègrent la prise en charge des médecines douces dans leur contrat ou en option de renfort. Si vous fréquentez des ostéopathes, acupuncteurs, étiopathes, chiropracteurs… prenez le temps de vois si ce type de dépenses est remboursée partiellement ou totalement. Ou si vous en serez de votre poche. En savoir plus sur le remboursement des médecines douces.

Une catégorie d'âge charnière

Les 40-60 ans représentent plus du quart de la population française au 1er janvier 2009 (source : Insee). C’est une tranche d’âge charnière, qui représente pour beaucoup la croisée des chemins au cours de l’existence.

La population des 40-60 ans comprend en effet une large diversité de profils en termes de composition familiale. Tant la population des moins de 18 ans est relativement homogène, tant celle des plus de 70 ans l’est tout autant, tant les quadragénaires et les quinquagénaires forment un ensemble hétérogène. On rencontre en effet aussi bien des personnes qui vivent seules par choix ou selon les aléas de la vie ; on trouve également des familles séparées, avec des mères et pères vivant séparément, mais ayant leurs enfants à charge. Parmi la population des 40-60 ans figurent aussi des couples sans enfant et, cités en dernier bien que la frange la plus importante, des familles plus ou moins nombreuses.

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×