cmonassurance est situé dans le 3ème arrondissement de Lyon, à deux pas d’une université très (re)connue à Lyon et près de la station de métro Sans-Souci. Sur cette ligne de métro entièrement automatique, à quatre arrêts, on trouve la place Bellecour, qui est l’hypercentre de Lyon. Bien évidemment, ce quartier est très bien desservi question transports en commun. Le métro est à deux pas de l’immeuble abritant nos bureaux et il y a de nombreux abris de bus à quelques minutes du hall d’entrée. plan du métro de lyon

J’habite dans un autre quartier de Lyon, je dois donc descendre une colline, marcher et prendre deux métros différents pour venir travailler. Si ceux-ci sont plutôt fiables, aux heures de pointe, on est quand même serrés. Le métro, ça rapproche ? Pas vraiment ! Être de mauvaise humeur dès les premières heures de la journée, je m’y refuse. Arriver au bureau avec des auréoles sur les manches de mon chemisier H&M, très peu pour moi. Je cherche donc une alternative économique, que je trouve sous la forme d’un petit vélo d’occasion. Avec des sacoches pour ranger ses courses, pratique ! J’ai découvert que, dans le jargon, on appelle ça le « vélotaf».

Pvelotafetite parenthèse orthographique : dit-on à vélo ou en vélo ? On dit « en (side-car, tricycle, tandem, tapis volant) » pour « par le moyen de ». En même temps, on peut également dire « à vélo » car il est enseigné que lorsque l’on monte à l’intérieur d’un véhicule on dit « en » (avion, automobile, train), et si l’on reste à l’extérieur pour se déplacer, on dit « à » (trottinette, cheval, moto, scooter, draisienne, grand bi…). Pour le Twizy de Renault, on ne sait pas, mais comme personne ne l’utilise…

Toutefois, les deux formes se disent, donc vous pouvez pédaler sans vous soucier d’orthographe. Bonne nouvelle !

Alors, le vélo, quand on habite à Lyon et qu’on veut se déplacer rapidement, est-ce que ça marche ? Voici les bonnes et les mauvaises raisons de se déplacer à vélo.

Les bonnes raisons de se rendre à/en vélo au travail :

  1. On pense à sa forme
    Forcément, pédaler, c’est bon pour la forme et pour la santé. Bien sûr, marcher fonctionne aussi pour entretenir sa forme, mais c’est sûr que le vélo ça va plus vite. Pour info, on brûle environ 400 calories à l’heure en roulant à 16 km/h, ce qui se fait très facilement. Alors, si je pédale 1h par jour, je brûle combien de calories à la fin de la semaine ? Faites le calcul !
  2. On appartient à une communauté
    On découvre autour de nous que des tas de gens vont au travail en pédalant. Cela suscite des discussions, débats et échanges très instructifs.
  3. On (re)découvre sa ville
    A vélo, les paysages sont différents. On découvre des petits commerces, on dépasse des marchés et on se balade dans les rues (si l’on n’est pas trop pressé J ).
  4. On est libre
    Pédaler les cheveux au vent, c’est aussi se sentir libre. Sans oublier qu’on part à l’heure qu’on veut, sans avoir peur de louper son métro/bus/train !
  5. On arrive de meilleure humeur
    J’avoue, quand j’arrive le matin après avoir pédalé, je suis de très bonne humeur et en forme pour ma journée. Ce qui ne suffit parfois pas…

Les moins bonnes raisons de se rendre à/en vélo au travail :

  1. On abime ses habits
    Oui, les frottements usent les vêtements ! Et les jours de pluies sans garde boue, c’est la catastrophe. Sans compter les pieds trempés…
  2. On arrive un peu luisant au travail
    Forcément, on transpire un peu si la température ou la route monte.
  3. On tombe en rade
    Si le métro tombe en panne, le vélo aussi peut crever, dérailler : bref, c’est la tuile. Mais il faut voir le bon côté des choses : on devient bricoleur !
  4. Ça peut coûter cher
    Acheter un vélo, des accessoires (un bon anti-vol coûte très cher) ou même le faire réparer peut finalement s’avérer être une opération peu économique.
  5. On frôle souvent la mort
    A Lyon, les voies réservées aux vélos, si elles existent, sont surtout utilisées par les automobilistes qui s’achètent des cigarettes ou attendent quelqu’un. La plupart du temps, il n’y a pas de voie réservée et il faut essayer de survivre dans la jungle urbaine ! On a parfois de gros coups de chaud.
  6. On respire les gaz d’échappement à pleins poumons
    Arrêt, accélération, parking… Oui, on partage le quotidien des automobilistes, au plus près. Et ça sent mauvais.

Conclusion : Pour ma part, j’ai choisi d’alterner métro/vélo – en général, je l’avoue, en fonction du temps. Mais dès que le soleil pointe un peu son nez, c’est un vrai plaisir de ressortir son fidèle destrier.

Et vous, comment venez-vous au travail ? Curieuse comme je suis, j’ai interrogé quelques uns de mes collègues et j’ai eu envie de partager avec vous les réponses que j’ai reçues.

Yolande, conseillère en assurance :

« J’habite dans l’ouest lyonnais, donc pas tout près de cmonassurance. Étant donné que je n’ai plus de véhicule depuis plusieurs années, je me suis adaptée aux transports en commun. J’ai trois trajets possibles, qui me prennent entre 55 mn et 1h10, suivant l’horaire. Pour passer le temps dans le bus ou dans le métro, je « rêvasse » car je ne peux pas lire (mal au cœur !) ou bien j’observe les personnes qui m’entourent afin de retenir des « petits points » dont je pourrais me servir lors de mes écrits de nouvelles.

Quand le temps le permet, je fais le trajet Bellecour/Sans-Souci à pied  (NB : cela représente 4 arrêts de métro, soit environ 25 min).

Je n’envisage pas vraiment d’autres modes de transport car malheureusement aucun collègue n’habite près de chez moi ! »

Angelina, conseillère en assurance :

« Je viens travailler en métro, et je passe en moyenne 4 minutes dans les transports ! (NB : c’est notre record !).

Le temps du trajet, j’écoute de la musique ou je finis de ma maquiller. Quand il fera beau, je viendrai en vélo ! »

J’ai également recueilli le témoignage d’Anthony, chef-scout d’une partie des conseillers en assurance. Son retour est tellement riche qu’il fera l’objet d’un prochain article : amis motards, soyez prêts !

Merci à eux de s’être prêté au jeu.

Votre prochaine assurance

Choisissez
Mutuelle Santé Mutuelle Frontalier Mutuelle Entreprise Assurance de Prêt Prévoyance des TNS Assurance Obsèques Assurance Capital Décès Assurance Dépendance

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×