Les taux de recours aux arrêts maladie sont pratiquement équivalents pour les salariés couverts durant le délai de carence (29,2 %) que pour les salariés non couverts (28,7 %). En revanche, les salariés couverts ont en moyenne deux jours d’arrêt en moins par an que les salariés non couverts. La prise en charge du délai de carence réduirait donc les arrêts. C’est ce qui ressort d’une étude de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques) parue au début du mois.

Les femmes s’absenteraient davantage que les hommes.

Les raisons de l’absentéisme sont souvent psychologiques

L’étude met également en avant certains motifs qui poussent les salariés à avoir recours aux arrêts maladie. La première explication serait l’impact des conditions de travail sur l’état de santé. Si un salarié a l’impression que son salaire est insuffisant, il sera plus enclin à avoir recours à un arrêt. La pénibilité physique, le manque de reconnaissance et de liberté sont autant de facteurs explicatifs. En réalité, explique la DREES, ces absences auraient des causes souvent psychologiques.

Autre élément : les femmes s’absenteraient davantage que les hommes. Cette différence, de moins en moins liée à des contraintes familiales, aurait d’ailleurs tendance à s’atténuer. « Les salarié(e)s ayant des charges familiales ne prennent pas davantage d’arrêts maladie que les célibataires ou les couples », précise l’étude.

Toutes les entreprises ne prennent pas en charge le délai de carence de la même façon. Les établissements qui appartiennent à une grande entreprise ont davantage tendance à offrir une indemnisation au cours du délai de carence.

Le jour de carence : une mesure controversée

Pour rappel, un jour de carence pour les congés maladies ordinaires avait été décidé par le gouvernement en 2012, avant d’être retiré en 2014. D’après Le Figaro, l’instauration de cette journée de carence avait pourtant contribué à diminuer le taux d’absentéisme, qui avait connu une hausse de 18 % au cours des années précédentes.

En cas d’arrêt maladie, la Sécurité sociale verse des indemnités journalières aux salariés du secteur privé : ce versement a lieu au terme d’un délai de carence de trois jours. Pourtant, les deux tiers des salariés sont protégés contre la perte de revenu provoquée par le délai de carence. Et ce, par le biais de la prévoyance d’entreprise.


Sources : le Figaro (ici et ici), la DREES, Pourquoi Docteur.

Votre prochaine assurance

Choisissez
Mutuelle Santé Mutuelle Frontalier Mutuelle Entreprise Assurance de Prêt Prévoyance des TNS Assurance Obsèques Assurance Capital Décès Assurance Dépendance

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×