"Nous ne voulons pas que les montures soient jetées à la poubelle ou détruites"

Parmi les opticiens en ligne, myBinocle.com se démarque de ses pairs en proposant un service de dépôt-vente de montures d'occasion ou de lunettes d'occasion quand l'équipement ne comporte pas de verres correcteurs. Nous avons voulu en savoir plus sur cette jeune pousse qui fêtera fin 2017 ses deux années d'activité. Rencontre avec Julie Harding, l'une des 3 associées.

 

D’où vous est venue l’idée de fonder myBinocle.com ?

L’idée est venue de Nathalie (NDLR : Raccah, co-fondatrice de mybinocle.com avec Stéphane Elofer). Nathalie, opticienne diplômée, travaillait dans des magasins d’optique traditionnels, de quartier. Elle s’est rendu compte que les clients ne savaient pas quoi faire de leurs anciennes montures. Elle-même avait des stocks de lunettes : décision de la marque de ne plus mettre en vente le modèle, ancienne collection, manque de place sur les présentoirs…  Les clients, eux,  se posaient la question de savoir ce qu’ils pouvaient faire de leurs lunettes. Pour répondre à ce besoin, la structure a été créée fin décembre 2015. La revente de lunettes sur internet est en train d’exploser. Par exemple, on recense quelque 500 nouvelles montures par jour mises en vente sur leboncoin.fr. Même phénomène sur vestiairecollective.com, orienté pus haut de gamme : près de 50 000 montures en vente. Elle s’est dit qu’il y avait un besoin à combler concernant les lunettes d’occasion et le déstockage des montures. Notre démarche a un côté éco-responsable : nous ne voulons pas que les montures soient jetées à la poubelle ou détruites. Il faut que l’on puisse offrir une seconde vie à ces montures, dans la limite de la durée de vie du produit.

 

MyBinocle.com n’est pas seulement une plateforme de dépôt-vente de montures mais offre un service d’opticien en ligne…

Oui, quand nous avons pensé notre business model, nous avons évidemment intégré les verres dans l’équipement d’optique. Notre motto : des tarifs qui intègrent un niveau de marge raisonnable. Par exemple, notre forfait le plus élevé pour une paire de verres progressifs s’affiche à 299 €. En revanche,  les verres correcteurs ne sont pas revendus sur la plateforme de vente de matériel d’occasion : il s’agit d’un dispositif médical. Ils ont seulement une valeur humanitaire. Nous sommes en mesure d’envoyer des montures sous 8 heures et un équipement montures + verres sous 3 à 4 jours. Parmi nos services, nous proposons un forfait de montage des verres sur des montures déjà possédées par le client. Nous sommes opticien agréé. Nous faisons fabriquer les verres directement chez un verrier, Mega-Optic, filiale d’Essilor.

 

Quels sont vos concurrents ?

A notre connaissance, nous sommes le seul opticien agréé en ligne à animer une plateforme de dépôt-vente de lunettes d’occasion et de déstockage.

 

Qu’est-ce qui soutient votre activité ?

Majoritairement la vente de montures neuves et d’occasion. Nous sommes un opticien 100 % en ligne et, en France, l’optique en ligne n’est pas encore rentrée dans les mœurs, contrairement à la Belgique, en Allemagne ou même aux Etats-Unis dont les habitants ont davantage l’habitude d’acheter leurs lunettes en ligne. 4 montures sur 5 que nous référençons proviennent de l’occasion, 1 sur 5 du déstockage.

 

Quelles sont  les garanties que vous offrez aux acheteurs de montures d’occasion ?

Nous vérifions les montures : que les branches ne soient pas mordues, que les « flex » des branches ne soient pas cassés car c’est compliqué à réparer. Comme la plupart des montures sont en plastique, nous vérifions que le matériau utilisé, l’acétate, n’ait pas séché et blanchit avec le temps. Nous avons relevé au fil des mois nos critères d’exigence sur l’état des montures. Nous n’acceptons pas certaines marques, par exemple les montures des distributeurs.

 

Comment abordez-vous 2018 ?

Avec beaucoup d’ambition. Après 2 ans passés à démontrer qu’il y avait un modèle économique viable, nous allons ajuster notre stratégie pour accélérer notre développement. Nous allons embaucher pour étoffer l’équipe.

 

 

Bon à savoir : myBinocle.com et votre mutuelle frais d'optique

Dans le cas de l'achat d'un équipement d'optique d'occasion (monture d'occasion + verres correcteurs), le remboursement de votre mutuelle ne portera que sur la partie "verres". Les montures d'occasion ne feront pas l'objet d'un remboursement de la part de la Sécurité sociale ni de votre complémentaire santé.

 

Actualités liées

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Il n'y a pas encore de vote)
Loading...
Donnez votre avis !

Journaliste de formation, responsable marketing chez Cmonassurance, je partage des informations qui peuvent vous simplifier l'assurance au quotidien.

cmonassurance est une filiale d'