Les crédits immobiliers ont connu une forte chute en France en 2012. Le montant total des prêts accordés a en effet diminué de plus de 26 % par rapport à l’année 2011 qui avait déjà connu une baisse d’environ 4 %. C’est donc un montant total estimé autour de 40 milliards d’euros qui manque aux banques et autres établissements financiers. Selon le rapport publié par l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le montant total des prêts en 2012 serait d’environ 120 milliards d’euros même si ce chiffre n’est pas encore totalement arrêté. Plusieurs raisons semblent expliquer cette dégringolade des prêts immobiliers, en voici les principales :

 

  • Conjoncture économique défavorable, réticence et attentisme des acheteurs et vendeurs.
  • Fin du prêt à taux zéro plus (PTZ+) dans l’immobilier ancien
  • L’avantage fiscal du dispositif Scellier revu à la baisse pour l’investissement locatif
  • Une hausse des prix de l’immobilier sans fin
  • Réforme sur les plus-values immobilières

Les taux d’intérêts au plus bas ne suffisent pas

Le début de l’année 2012 a été assez catastrophique en termes de crédit immobilier puisque le premier semestre a démarré avec une baisse de 33% par rapport à la même période l’année précédente. Ainsi, malgré une baisse des taux d’intérêt qui sont aujourd’hui au plus bas historique, le nombre de prêts immobilier ne s’est pas amélioré au cours de l’année. C’est cependant en fin d’année que le taux moyen a atteint son plus bas niveau historique avec un taux à 3,22 % au mois de décembre et ce taux continue de baisser en début d’année 2013. Cette baisse des taux à notamment permis à près de 80 % des emprunteurs de bénéficier d’un taux inférieur à 4% contre seulement 60,7 % en 2011.

Selon plusieurs sources, l’année 2013 devrait continuer dans ce sens pour à terme une stabilisation des taux d’intérêt. Cependant, malgré les conditions favorables avec un taux d’intérêt moyen à 3,16 % en janvier, l’année 2013 a très mal commencée avec une baisse de 27,2 % pour le mois de janvier par rapport à 2012.

Ainsi, les attentes pour l’année 2013 ne sont pas positives et le montant total des prêts devrait se situer autour de 110 milliards d’euros selon Michel Mouillart. Même si la chute devrait être moins importante qu’en 2012, les dispositifs mis en place par le gouvernement ne sont pas favorables à un redressement de l’activité, notamment avec le dispositif Duflot qui remplace le Scellier et la modification du PTZ+ qui réduit la population éligible.

Votre prochaine assurance

Choisissez
Mutuelle Santé Mutuelle Frontalier Mutuelle Entreprise Assurance de Prêt Prévoyance des TNS Assurance Obsèques Assurance Capital Décès Assurance Dépendance

Votre navigateur est obsolète !

Veuillez mettre à jour votre navigateur pour visiter ce site correctement. Mettre à jour maintenant

×