Les seniors retraités, de grands migrateurs ?

Où vont les seniors une fois retraités ? C’est à cette question que répond une étude publiée ce mois-ci par la Caisse d’assurance vieillesse (CNAV) pour le Conseil d’orientation des retraites (COR). L’étude se penche sur le cas des retraités du régime général et leurs migrations effectuées l’année dernière.

seniors-demenagement

Les zones privilégiées par les retraités ? Le Sud et l'Ouest de la France.

 

En 2014, environ 34 500 des retraités vivant en France ont changé de département de résidence. Ceci conduit les auteurs de l’étude à conclure que « le départ à la retraite est une occasion particulière de déménagement ». La même année, les retraités de 75 ans et plus ont été 35 000 à changer de département de résidence. Une statistique qui représente « 35 % de la mobilité interdépartementale », selon l’étude. Ces derniers se dirigent plutôt vers les grandes métropoles du Sud-Ouest, comme Marseille, Toulouse ou Lyon. L’Alsace et Lille sont également des zones privilégiées. Cependant, la plupart des retraités préfèrent s’installer sur les littoraux de la Méditerranée et de l’Atlantique. Sans surprise, le Sud et l’Ouest de la France sont les zones géographiques d’élection des seniors retraités.

 

Les retraités les plus modestes sont aussi ceux qui bougent le plus

47 % des retraités vivent dans le département de leur naissance. Une moyenne nationale, car les chiffres varient d’un département à l’autre. Ainsi, le pourcentage le plus fort de retraités vivant dans le département où ils sont nés se situe en dans le Nord (73 %) et en Alsace (60 %). En revanche, seuls 16 % des retraités du Var y sont nés, tout comme 30 % à Paris.

Paradoxe : les seniors retraités les plus mobiles sont les plus modestes (ils sont exempts de la Contribution sociale généralisée) et les plus aisés (ils dépendent de la CSG à taux plein de 6,6 %). Pour les autres qui occuperaient une position intermédiaire, l’étude précise qu’« ils n’ont ni le souhait de partir résider dans un type de commune à moindre coût de la vie – qui peut correspondre au motif d’une partie des retraités exonérés – ni celui de déménager pour un lieu jugé plus agréable (pour le climat par exemple) – qui peut davantage correspondre aux motifs de ménages de retraités plus aisés ».

Les déplacements des retraités s’effectuent surtout au début de la retraite et en fin de vie. Résultat : les taux de mobilité sont plus élevés avant 59 ans et après 91 ans.

 

Sources : l'Assurance retraite, LCI-TF1, Le Dauphiné

En savoir plus :

Actualités liées

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Il n'y a pas encore de vote)
Loading...
Donnez votre avis !

cmonassurance est une filiale d'